Vous devez avoir le plugin Flash player installé et javascript activé pour voir ce site correctement

La coopérative

Histoire

Dans les années 1900, l'agriculture est une affaire de famille où l'autoconsommation est très développée. Les populations montagnardes survivent grâce à une incroyable adaptation aux dures conditions de vie en altitude.

Le travail est omniprésent et la période d’été redouble d’activité. Les troupeaux quittent les villages pour l’estive : au Mont-cenis, à Entre deux eaux, dans la vallée de la Lenta…. Les habitations des villages sont vidées pour intégrer les alpages. A cette époque la pratique des alpages permet de ne pas entamer les réserves de foin nécessaires pour passer l’hiver et ne pas faire concurrence aux céréales destinés à la fabrication du pain. Pour ne rien perdre, les paysans récoltent même du foin sur les alpages et le redescendent par des « ramasses ».

  Photo ancienne
Photo ancienne   Seule richesse des montagnes, l’herbe va permettre aux vaches de produire du lait en abondance pendant l’été, puis du fromage, indispensable à l’alimentation des Haut Mauriennais pendant l’hiver. La tradition de fabrication du fromage était à l’origine un moyen de stocker de la nourriture. La Haute Maurienne est depuis longtemps une terre de tradition fromagère : Beaufort, tomme du Mt Cenis, Persillé du Mont Cenis, Bleu de Termignon…

Dans les années 50 l’exode rural bat son plein. Les familles, souvent nombreuses, quittent la campagne, où le travail est dur, pour les villes et leurs usines. Bon nombre de Bessanais sont devenus chauffeur de taxi à Paris par exemple.

La main d’œuvre devient couteuse et les différentes crises sociales et culturelles désorganisent la production agricole.

Face à ces difficultés, les agriculteurs décident de se regrouper et d’organiser la production de Beaufort autour d’outils de transformation en commun « les fruitières » de manière à mieux valoriser leur travail. C’est le début du système coopératif.

 

1954 est la création de la Coopérative laitière de Lanslebourg qui ne travaille le lait que l’hiver.

Tout doucement une nouvelle organisation de la production laitière de montagne se met en place. Les agriculteurs convaincus par la mise en commun des moyens de production rejoignent la coopérative.

En 1966, les fromageries de Lanslebourg et Lanslevillard fusionnent pour donner la coopérative laitière de Val-Cenis.

La reconnaissance de la filière Beaufort est officialisée par l’obtention d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) en 1968. Cette nouvelle organisation permet d’assurer un avenir à la filière Beaufort. Dès lors plusieurs fusions permettent la modernisation des procédés de fabrication et d’affinage dans un souci constant de respect du savoir-faire ancestral de fabrication du Beaufort.

   Photo ancienne
En 1988, Aussois rejoint la coopérative de Val-Cenis pour devenir Val Cenis-Vanoise.

En 1991, la coopérative de Val-Cenis Vanoise collecte le lait de la fruitière « la Vachère » au Mont Cenis.

En 1994, la coopérative s’ouvre au public en créant une galerie de visite.

Fin 2001, une nouvelle fusion a lieu avec Bonneval sur Arc. A la fabrication du Beaufort vient s’ajouter la fabrication de Bleu de Bonneval sur Arc. 

La coopérative s’appelle désormais Coopérative de Haute-Maurienne-Vanoise.

Enfin l’atelier de Bessans rejoint la coopérative en 2008.

Désormais la coopérative de Haute Maurienne Vanoise collecte le lait de toute la vallée.

La Coopérative compte actuellement 43 exploitations,  pour un litrage total de 4 400 000 Kg de lait produit par an en Beaufort et en Bleu de Bonneval sur Arc.
  Cooperative Lanslebourg
Tout doucement une nouvelle organisation de la production laitière de montagne se met en place. Les agriculteurs convaincus par la mise en commun des moyens de production rejoignent la coopérative.

-         En 1966, les fromageries de Lanslebourg et Lanslevillard fusionnent pour donner la coopérative laitière de Val-Cenis.

    La reconnaissance de la filière Beaufort est officialisée par l’obtention d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) en 1968. Cette nouvelle organisation permet d’assurer un avenir à la filière Beaufort. Dès lors plusieurs fusions permettent la modernisation des procédés de fabrication et d’affinage dans un souci constant de respect du savoir-faire ancestral de fabrication du Beaufort.

-    En 1988, Aussois rejoint la coopérative de Val-Cenis pour devenir Val Cenis-Vanoise.

-    En 1991, la coopérative de Val-Cenis Vanoise collecte le lait de la fruitière « la Vachère » au Mont Cenis.

-    En 1994, la coopérative s’ouvre au public en créant une galerie de visite

-    Fin 2001….

« retour